Psychologue contre la dépression à Bruxelles (Auderghem)

Luisa Galindo
7 Décembre 2023
Super, le lieu et calme et accueillant et la thérapeute fait du super bon travail, en une séance seulement beaucoup de fils ont été démêlés ! Je recommande !
Paul Al Hajj
29 Novembre 2023
Marie joe is an exceptional psychologist, blending expertise with genuine empathy. Her insights are deeply helpful. Highly recommended for her compassionate approach and professional Help.
Lyan Porto
29 Novembre 2023
Marie Joe is a thought and careful listener, and I feel very welcomed by her approach. Yet, her strongest trait is her sensitivity in saying the sometimes difficult things we need to hear, and for that I am very grateful. She has been a tremendous help in my personal processes and I couldn't have done half of it without her.
Macarena Díaz
28 Novembre 2023
Marie Joe is an incredible therapist. She offers a safe space where I feel listened to and understood. We have gone through different aspects of my life, and I have been able to know myself better with her help. I feel really comfortable talking with her. She's fluent in English, so we can communicate perfectly.
Kristina Burum
16 Novembre 2023
Marie Joe is a non-judgemental, great listener with amazing people skills. She makes it very easy to open about one’s struggles and worries by creating a safe space for sharing. It’s convenient that she offers therapy both in online setting and in person. Highly recommend!

La dépression : des voix intérieures qui ruminent des sentiments négatifs

Un Homme qui n’a Plus Envie de Rien

Les heures passent, et je n’ai envie de rien. J’ai mal dormi. Je me lève avec l’envie de ne plus jamais me lever.

Cette nuit, j’ai reçu un mail, c’est une amie : comment je vais ? Je vais ignorer ce mail et je stresse : que ferai-je si elle m’appelle ? Dois-je bloquer son numéro d’avance ?

Je me reproche tellement de choses que je suis flic, juge et prisonnier : je me suis arrêté, condamné et emprisonné dans une forteresse de silence.

Toc toc ? Quelqu’un frappe à la porte de quelqu’un d’autre ; je n’habite plus à l’adresse indiquée.

Le Lourd Fardeau d’une Femme Brisée

Je me lève, et déjà ma main tâtonne à la recherche de la bouteille de vodka, qui a dû tomber hier soir.

La voilà. Le goût est amer comme celui de l’existence. L’effet n’est jamais assez rapide, si j’avais du courage je me l’injecterais directement dans le cœur.

Je me souviens vaguement d’avoir quelques enfants à emmener à l’école, deux ou trois, je ne compte plus. Bah, ils sont grands, à 7 ans moi je coupais du bois dans le froid sinon c’était taloche et gifle en prime.

Que vais-je faire aujourd’hui, rester à la vodka, ajouter du jus de pomme pour les vitamines, ou passer au rhum pour changer ? Je ne pense plus jamais à tous ces hommes qui m’ont violée, maltraitée, insultée, humiliée ou battue.

Et puis à quoi bon penser tout court.

Les Pensées Obscures d’une Adolescente Tourmentée

J’hésite entre tuer tout le monde et me tuer moi, qu’est-ce qui vaut mieux ?

Je ferme les yeux très fort et j’essaye de crever par la pensée, j’ai entendu dire que les dauphins y arrivaient. J’ai une petite boîte en fer de ma grand-mère, dans lequel j’ai mis les scalpels de mon beau-père. Les cicatrices sur mes bras ont bien cicatrisé, et comme je ne mets que des pulls noirs personne ne sera jamais au courant. J’ai 17 ans et toute la mort devant moi. Ma journée va se consacrer aux trucs habituels : m’évader, fuir, disparaître.

Et comme d’habitude je n’arriverai à rien, et même ma disparition sera à refaire demain.

La Réflexion d’un Homme Blessé par la Vie

Depuis mon accident, j’ai beaucoup changé. Je compte et recompte tout ce que je faisais avant que je ne peux plus faire maintenant.

J’additionne le total et la somme ne me mène à rien. En 55 ans, j’ai vécu de bons moments, il y a eu d’excellentes périodes. Ce qu’il me reste à vivre c’est de devenir un vieux bouc immobile, seul et triste.

N’ayant plus rien à faire, je vais regarder des conneries à la télé. Oh, quelqu’un vient d’exprimer son avis sur Facebook. Oh, une femme embrasse un homme sur X. J’en ai marre, marre, marre.

Derrière le Masque du Bonheur Apparent

Pour moi, tout va bien. Je ne pleure jamais. Même, je souris volontiers. Je suis sympa et altruiste. Je ne fume pas, je ne bois pas, j’ai un mode de vie sain. Tout le monde pense que je pète la forme.

Je suis la reine de l’illusion, experte en camouflage. Intérieurement, je vis dans un désert, je sombre dans un trou noir avec mes lacunes, mes erreurs et mes regrets.

Mes vraies pensées que je ne partage avec personne oscillent entre le désespoir, le pessimisme et l’oubli. Mais à quoi bon les dire ? Dans ce monde, qui m’écouterait ? qui ma petite personne tragique pourrait-elle intéresser ?

Les personnes qui se font ces monologues intérieurs sont fictives, mais leur expérience nous est familière. Ces personnes ont besoin d’un accompagnement.

Et vous ?

Dépression et cerveau

J’aimerais vous expliquer comment fonctionne l’esprit d’une personne dépressive. Je vais donc expliquer les caractéristiques cognitives que l’on trouve dans un esprit dépressif, et ce que nous constatons se résume en trois éléments :

Premièrement, l’esprit dépressif se fixe sur le passé, empli de regrets.

Deuxièmement, nous parlons d’une attitude négative envers soi-même.

Troisièmement, il y a une faible énergie.

Fixation sur le passé

Où va l’esprit dépressif ? En général, il se tourne vers le passé. L’esprit est fixé sur le passé et empli de regrets et de culpabilité. Ils peuvent se dire que si cela n’était pas arrivé, je n’aurais pas… et leur esprit est incroyablement rigide.

En fait, il n’y a aucun doute dans leur esprit que la façon dont ils conceptualisent le passé est absolument vraie. Vous avez peut-être remarqué cela lorsque vous vous parlez à vous-même ou lorsque vous parlez avec un ami, qu’une personne remplie de regrets peut être en désaccord avec vous, mais elle ne le voit pas.

La dépression peut être caractérisée par un esprit tourné vers le passé, tandis que l’anxiété est caractérisée par un esprit tourné vers l’avenir (étant donné ce qui s’est passé avec moi ou comment je me perçois, je ne pourrai pas changer cela à l’avenir, c’est pourquoi l’anxiété entre en jeu).

Attitude négative envers soi-même

se caractérise par se sentir sans espoir, sans valeur et sans pouvoir.

Comment les regrets du passé forgent-ils l’attitude négative envers soi-même dans le présent ?

Je suis totalement incompétent de différentes manières. Et nous nous demandons d’où cela vient, la manière dont nous pensons à nous-mêmes, à notre identité, en fait cela a à voir avec la façon dont nous conceptualisons le passé, car si je suis quelqu’un qui pense avoir commis ces erreurs dans le passé, alors je deviens ce genre de personne dans le présent.

Donc, si je suis la personne qui a échoué au lycée ou qui n’a pas réussi à obtenir son diplôme à l’université parce que j’ai échoué, je suis paresseux et sans valeur aujourd’hui. Cette action ratée devient ce que nous sommes. Et la qualité de cette identité repose sur le sentiment de dévalorisation,

La dévalorisation

la personne se perçoit comme un être humain  de faible valeur, il n’y a pas de sens à essayer parce que je ne suis pas une bonne personne, les gens ne verront pas la valeur en moi telle que je suis.

Et si nous voulons comprendre d’où cela vient, voici un exemple que je peux donner pour l’illustrer. Une bonne illustration concerne les jeunes enfants qui endurent le divorce de leurs parents.

Un enfant de 2 ans n’a pas encore développé ce que l’on appelle la « théorie de l’esprit », c’est-à-dire notre capacité humaine à comprendre que d’autres êtres humains ont leur propre esprit.

Un enfant de 2 ans ne peut pas saisir que d’autres êtres humains ont leur propre psychologie interne et leurs propres motivations parce que son cerveau n’a pas encore développé cette capacité.

Donc, s’il n’y a personne d’autre dans le monde et qu’il m’arrive quelque chose de mal, alors de qui est-ce la faute ? Cela devient ma propre faute parce que je suis le seul esprit qui existe.

Donc, les jeunes enfants n’ont pas la capacité de blâmer d’autres êtres humains, et quelque chose que je vois souvent en séance de thérapie, c’est que lorsque les parents ont un divorce très difficile avec de jeunes enfants, ces enfants finissent par se sentir inaimables.

Il se passe toutes sortes de choses, et les parents leur diront que ce n’est pas de leur faute, mais à la fin, l’enfant croit que c’est de sa faute parce que son esprit ne peut pas le comprendre.

Cela peut également se produire avec un parent alcoolique ou abusif, l’enfant percevra également que toutes les mauvaises choses que son père ou sa mère ressentent sont de sa faute. La chose clé ici est que le sentiment de dévalorisation que nous avons peut être façonné par ces événements passés.

Le sentiment d’impuissance

La prochaine chose dont nous allons parler est le sentiment d’impuissance dans la dépression. Les personnes ayant une attitude très négative envers elles-mêmes n’ont pas le pouvoir ni l’agence pour contrôler leur avenir, et cela s’entrelace avec le sentiment de dévalorisation, de désespoir et de regret.

Parce que si je n’ai pas bien fait les choses dans le passé, si j’ai commis d’énormes erreurs qui déterminent en quelque sorte qui je suis, alors je mérite toutes mes souffrances. Cela semble incroyablement permanent pour l’esprit dépressif. Donc, si vous demandez à une personne dépressive si elle a le pouvoir de changer, elle répondrait non, et si j’avais eu le pouvoir de changer ma vie, je l’aurais fait dans le passé.

Donc, une fois de plus, ils se tournent vers le passé et utilisent le passé pour définir leur identité dans le présent.

Le sentiment de désespoir

Et lorsque nous combinons le sentiment d’impuissance avec le sentiment de dévalorisation, nous aboutissons au sentiment de désespoir.

Ainsi, lorsque l’esprit dépressif regarde vers l’avenir, il ne voit rien d’autre que l’obscurité. Ils se voient comme quelqu’un qui a tout gâché et n’a pas le pouvoir de changer les choses, donc leur avenir est par définition sans espoir.

C’est là que le sentiment de faible motivation intervient également, et donc le sentiment de faible motivation est en quelque sorte une conséquence naturelle de tout ce que j’ai mentionné ci-dessus.

Low Motivation

Low motivation is a natural consequence of regrets and how we perceive our identity. There is a solid foundation in neuroscience that we can delve into here.

In our brain, we have two parts, one is called the orbitofrontal cortex, and the other is called the anterior cingulate cortex, and these parts of our brain essentially calculate whether it’s worth doing something or not.

So, our brain will look at a particular action and try to calculate the energy required versus the likelihood of success, and if it requires low energy and has a high likelihood of success, we will be very motivated to engage in it.

And if it requires a lot of energy and has a low chance of success, it will be very difficult for us to engage in that behavior.

So, what happens in the mind of a person experiencing depression?

Remember, they perceive themselves as powerless, so what does the likelihood of success of any action mean? It’s very, very low, so it’s very hard to motivate yourself if you live in a depressive mind.

Because every time you try to do something, what does your mind tell you? It tells you not to bother, that it won’t work, that there’s no point in trying, because those are the thoughts we experience in our depressive mind.

And then what happens is people seek resources to motivate themselves, read books or blogs on productivity, and I’m often asked this question: how to find motivation? And you keep trying to find more and more resources, and there are so many of them.

When a person is in a depressive state and feels very low motivation, they try to find it, but nothing works because they miss the crucial point.

What they really need is to focus on how motivation stems from their identity, the belief that they’re not worth much and can’t change the future. Because we are naturally motivated by things we already know we can accomplish.

So, if you want to address and understand motivation in depression, you need to understand this overall pattern by focusing on the root of the problem. As long as I believe I’m a powerless and worthless person, I will never be able to motivate myself.

And this identity is linked to the feeling of regret related to past experiences we had as children.

So, in psychotherapy, the work involves going back to the past and reframing how they understand their past.

And once we reframe that, it creates changes in the present, and once we manage to change how we judge ourselves, our sense of identity changes, and we start to believe different things about ourselves, which naturally leads to a change in motivation.

I’m trying to lay out a certain logic here, but of course, during psychotherapy, we work with the person to navigate what’s happening while respecting the person’s pace.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top